1°) La médiation aux USA

Les USA ont une pratique ancienne des ADR, lesquels avaient permis, dès le XIXème siècle, de trouver une issue favorable pour les conflits du travail des employés du rail. Il en fut de même pour régler des différends racistes ou communautaires, des conflits de voisinage ou encore entre professionnels et consommateurs.

Dans les années 60, les travaux de l’école de Palo Alto, dans la Silicon Valley, ont contribué au développement des ADR, grâce notamment à la thérapie dite systémique, envisageant la personne dans ses relations avec tout son environnement et son histoire familiale et sous tous ses aspects personnels, psychologiques, familiaux et socioprofessionnels.

Ces nouvelles méthodes à fins thérapeutiques, ont d’abord été appliquées à des enfants ou des adolescents en difficultés scolaires, puis à des adultes dans un contexte de litiges familiaux ou professionnels, pour lutter contre le stress.

Par ailleurs, Monsieur D.J. Coogler, avocat à Atlanta, concerné par ses clients détruits par les combats judiciaires lors des divorces, ou par les enfants déchirés par les conflits de leurs parents, a ouvert en 1974 un cabinet de pratique privée de « médiation de divorce », précurseur de la médiation familiale, pour régler amiablement les conflits dans le strict intérêt de l’enfant. Cette méthode a rapidement fait école.

La Californie a légiféré sur la médiation familiale en 1980, obligeant les parents, en conflit sur la résidence de leurs enfants ou le droit de visite et d’hébergement, à rencontrer un médiateur familial avant d’être entendus par un juge.

Le Congrès a adopté en 1998 une loi sur la résolution alternative des litiges, introduisant ces ADR dans le système juridique américain.
La médiation est ainsi entrée dans la constitution américaine le 16 août 2001 avec l’Uniform Mediation Act (UMA).
Toutefois, chaque Etat américain établit ses propres règles, entraînant ainsi une grande diversité de méthodes.

La médiation préalable à l’instance, en matière civile, est le plus souvent obligatoire

En Floride, dés le milieu des années 70, les juges ont suggéré, puis ordonné aux parties d’aller en médiation, avant même qu’elle ne soit légalisée en 1988.
Ses résultats et les succès obtenus sont remarquables.
Comme l’a fait alors remarquer Madame le professeur Sharon Press, directrice du bureau d’administration du centre des ADR des tribunaux de l’Etat de Floride entre 1990 et 2009 : « le programme de la Floride, c’est un exemple qui montre comment un organisme a résolu les problèmes inhérents à la création de ce programme de médiation judiciaire », concluant : « les choix à faire doivent tenir compte de la culture locale, et rester en contact avec ceux qui seront les plus concernés par ce programme : les juges, les avocats, les parties et les tiers neutres ».

Dans l’Illinois, à Chicago, un service de médiation familiale propose des médiations aux parties, dés qu’un enfant est impliqué dans le conflit.

Dans l’Etat de New-York, la Cour Suprême a initié un projet pilote en juin 2013 intégrant la médiation, souvent pratiquée par un juge actif ou à la retraite, après la phase de communication des pièces.