La médiation judiciaire a été introduite en 2009, à Victoria. Le gouvernement a octroyé un important budget à la Cour Suprême et aux Tribunaux qui se sont engagés, en retour, à la développer.

La médiation est obligatoire et les juges peuvent l’imposer, même contre l’avis des parties, pendant toute la durée de la procédure dans tous les domaines, essentiellement dans les secteurs du commerce et de l’industrie. Si l’une des parties fait preuve de résistance à la médiation, elle peut être condamnée à verser des dommages et intérêts supplémentaires pour « non coopération ».

Une loi de 2011, le Civil Dispute Resolution Act, oblige les avocats à prendre des mesures pour résoudre amiablement les litiges.

Le NADRAC, Conseil National Consultatif sur les Modes Alternatifs de Règlement des Conflits, a créé le programme d’accréditation national de médiation et des normes de pratique pour unifier les différents systèmes d’accréditations et de pratiques existantes.

Il existe donc bien une réelle volonté de la part des pouvoirs publics de s’emparer des ADR pour les développer, même si l’Australie est déjà l’un des pays considéré comme leader mondial des ADR enseignés dans les écoles du pays.